J’ai testé UseNeXT pendant 6 mois

Si vous êtes un aficionados du site, vous avez sans doute déjà lu notre article « Peut-on encore télécharger illégalement en 2018 ? » dans lequel nous expliquons qu’une des seules solutions encore viable en ces temps-ci pour télécharger des films, des séries, des jeux et autres fichiers est l’usage du réseau USENET.

Bientôt nous mettrons à votre disposition un guide complet pour comprendre comment utiliser ce fameux réseau USENET.

Comme expliqué dans notre article « Peut-on encore télécharger illégalement en 2018 ?« , pour pouvoir utiliser le réseau USENET il faut se payer les services d’un fournisseur d’accès. De nombreuses sociétés (étrangères pour la plupart) fournissent un accès à USENET pour quelques euros par mois. L’une des plus connues et aussi l’une des plus anciennes est la société Allemande UseNeXT.

Peut-on encore télécharger illégalement en 2018 ?

Il y a quelques années j’avais déjà testé UseNeXT mais l’époque était différente, leurs tarifs aussi et enfin à l’époque il fallait utiliser leur logiciel maison pour pouvoir utiliser leurs services. Désormais, ils fournissent le service mais ne propose plus ce logiciel un peu raté qu’ils imposaient à l’époque.

Donc comme avec les concurrents GigaNews ou HitNews, désormais le meilleur moyens d’utiliser les services de UseNeXT c’est via le « newsreader » GrabIt. GrabIt est sans aucun doute le logiciel USENET le plus populaire et le plus performant. En plus, il est gratuit !

Mais revenons à notre sujet principal : UseNeXT. Les tarifs sont assez complexes à comprendre pour des français comme nous. En effet, contrairement à certains de ses concurrents, UseNeXT propose des forfaits à payer d’avance. Le forfait le plus « abordable » est proposé à 7,95€/mois mais le règlement est à faire en une fois (12 mois d’un coup), ce qui revient à un peu moins de 100€. Ensuite, il vous sera possible de télécharger jusqu’à 30GB/mois, ce qui est peu (une petite dizaine de films en HD).

Concernant les forfaits supérieurs, il est possible de souscrire à celui appelé « CONFORT + » annoncé à 9,95/mois mais où vous devrez encore payer 9 mois d’un coup (soit un peu moins de 90€). Ensuite il vous sera possible de télécharger jusqu’à 80GB/mois, ce qui est plus confortable.

Enfin, le forfait « PREMIUM » (celui auquel j’ai souscris) permet de télécharger jusqu’à 250GB/mois en échange de 19,95€/mois payable par trimestre. Il est donc nécessaire de se soulager d’environ 60€ par trimestre, payable d’avance bien évidemment.

Les forfaits UseNeXT

Quelque soit le forfait pour lequel vous allez opter, sachez qu’il est possible de « débloquer » les recharges mensuelles suivantes si vous avez déjà épuisé le quota mensuel prévu par votre forfait. Exemple, lors de la première semaine avec mon forfait « PREMIUM », j’ai consommé la totalité de mes 250GB. J’ai alors pu débloquer les 250GB prévus pour le mois suivant. Ceci est assez pratique.

Les performances sont très bonnes. Avec ma ligne ADSL j’ai pu atteindre jusqu’à 2Mo/s pour quasiment tous les fichiers que j’ai téléchargé sur le USENET via UseNeXT. Le délais de rétention (le temps que les serveurs UseNeXT gardent en mémoire les fichiers uploadés par les utilisateurs) est de 3400 jours (!) soit environ 10 ans ! Vous pourrez donc télécharger aisément des fichiers envoyés sur le USENET en 2009 ! 🙂

Quant à l’interface utilisateur sur le site UseNeXT, elle est plutôt claire et complète. Cependant, elle n’est disponible qu’en anglais et en allemand. Il est possible d’afficher le site UseNeXT en français mais la traduction est médiocre. De toutes façons, pas de panique, le service client est très disponible et parle plusieurs langues 😉

Bref, après plusieurs mois à utiliser les services UseNeXT, je peux dire que je suis plutôt satisfait. Tout fonctionne bien, le service client est performant, les vitesses de téléchargement sont très bonnes et le délais de rétention est assez exceptionnel. Seuls les forfaits et leurs modes de paiement assez contraignants entache la très belle copie du fournisseur d’accès allemand.

Jordan Le Goïc

Geek Berruyer de 32 ans.