Notre avis sur le Nokia 8

 

Présentation :

Arrivé sur le marché il y a quelques semaines maintenant, le Nokia 8 est le « flagship » (le porte drapeau) de la marque Finlandaise. Équipé de ce qui se fait (quasiment) de mieux en ce moment dans le monde du smartphone (double capteur photo, écran QHD, etc.) ce Nokia est donc sensé concurrencer les modèles haut de gamme des concurrents Samsung, Apple, Huawei, etc.

Propulsé par un processeur Snapdragon 835 et 4GB de RAM (dans cette version européenne 64GB), ce terminal Android est désormais équipé d’Android Oreo (8.0) puisque la mise à jour est proposé depuis déjà plusieurs jours.

Affiché à un tarif proche des 500€, ce smartphone de 160g est équipé d’un écran LCD IPS de 5″3 dans une résolution « 2K » (appelé aussi QHD) qui se situe donc entre le FULL HD (1920*1080) et la 4K. Passé à la connectique USB-C, ce Nokia 8 garde un bon vieux port jack 3.5 qui fera plaisir à ceux qui sont encore équipés de casques audio filaires.

Comme vous le savez sans doute si vous suivez #Cmonavis , j’ai testé il n’y a pas longtemps les Nokia 3 et Nokia 6 que j’ai beaucoup aimé. Ce Nokia 8 est dans la ligné des deux petits frères puisqu’ils se ressemblent énormément physiquement parlant. Le format des trois appareils est d’ailleurs quasiment identique.

Mon expérience :

Comme à mon habitude, j’ai utilisé ce smartphone en téléphone principal pendant plusieurs jours avant de donner mon avis. Acheté en bundle avec un montre Nokia Steel à 1€, j’ai fais ce qu’il me semble être une bonne affaire. En effet ce Nokia 8 affiche des caractéristiques proches des meilleurs appareils du marché, et ce pour un prix contenu. La montre affichée à 129€ seule est donc intéressante lorsqu’elle revient à 1€. Je ferais bientôt le test de la montre, mais retrouvez dès maintenant son déballage et mon retour d’expérience sur la chaîne YouTube #Cmonavis.

Au déballage j’ai tout d’abord été ravi du format, à peine plus gros qu’un iPhone 6/7/8 et proche de celui d’un iPhone X. L’écran de ce Nokia 8 est d’ailleurs légèrement plus petit que son cousin le Nokia 6. Je trouve ça très agréable d’avoir un smartphone « haut de gamme » qui garde un format contenu.

Ensuite, notons que la finition est du même niveau que ses cousins puisque Nokia (ou plutôt HMD Global) met un point d’orgue à proposer des terminaux aux aspects « premium » même en entrée de gamme. Le dos de ce Nokia 8 est d’ailleurs en aluminium, et la face avant est traitée « Gorilla Glass 5 » ce qui donne un aspect et un touché des plus flatteur.

Une fois allumé, on est ravi de retrouver une fois de plus cette version d’Android quasi « stock » (dépourvue de personnalisations du constructeur). Malheureusement il m’aura fallu attendre de longues minutes avant d’en profiter puisque la mise à jour Oreo proposée dès l’allumage a mis une bonne heure à se télécharger et encore une vingtaine de minutes à s’installer…

Une fois tout installé, paramétré et prêt à l’usage, on peut commencer à installer ses applis favorites. Le tout se fait dans des conditions très fluides. Le Snapdragon et les 4GB de mémoire vive font bien leur travail. Même avec plusieurs applis en téléchargement et/ou en installation, le système reste rapide et agréable à utiliser.

L’écran propose un luminosité très faible à l’origine. En effet, l’adaptabilité à la lumière ambiante règle toujours l’écran à un niveau de luminosité très faible. C’est vraiment dommage puisqu’une fois réglé correctement cette dalle IPS LCD offre une belle luminosité et une précision remarquable (merci les 554 points par pouce) ! Les couleurs sont vives sans être exagérées comme sur les écrans AMOLED Samsung, et les photos sont sublimées par cet écran d’excellente qualité.

Parlons justement des photos. Ce Nokia 8 propose un double capteur comme c’est désormais la mode chez un peu tout le monde. De plus, Nokia historiquement partenaire de ZEISS (spécialiste en optique), promet un rendu encore amélioré grâce à des lentilles d’exception. Pour le coup, il faut avouer que les photos sont très belles et très nettes. Même en intérieur les clichés sont rarement flous, sauf quand le sujet bouge.

Malheureusement, même avec la nouvelle monture Oreo, Google ne propose toujours pas les Live Photos sur Android. Tant pis, nous nous contenterons des photos à l’ancienne et des vidéos (FULL HD). Aussi, remarquons que même si le double capteur photo réalise d’excellents clichés, ceux-ci seront parfois gâchés par le temps de réaction incroyablement long de l’application photo… En effet, si votre téléphone est verrouillé dans votre poche, le temps de le sortir, d’ouvrir l’application photo et de déclencher la photo, votre sujet aura déjà eu le temps de se faire un café…

Le raccourci photo sur l’écran de verrouillage est bien présent, mais l’application photo et le déclencheur sont parfois d’une lenteur folle ! Même remarque lorsqu’il s’agit de photos en intérieur. Parfois le déclencheur se grise pendant plusieurs secondes… Sans raison apparente… Très désagréable.  J’avais eu le même soucis sur les Nokia 3 et 6 mais j’avais mis ça sur le dos d’un manque de puissance pour offrir suffisamment de réactivité à l’ensemble. Mais là on peut penser qu’il s’agit réellement d’un problème logiciel.

Pour tout le reste, rien à signaler, tout est très bon. Le capteur photo frontal offre de très bonnes performances (en photo comme en vidéo), les appels sont de très bonne qualité, l’autonomie est correcte et vous offrira de quoi tenir la journée.

Nokia équipe ce modèle 8 d’un nouveau vibreur très précis qui se rapproche un peu de ce que fait Apple avec son vibreur haptique. Mais je regrette qu’ils ne se soient pas inspirés aussi des nouveaux haut-parleurs frontaux qu’offre maintenant les smartphones récents. En effet lorsque vous regarderez une vidéo en mode paysage, ou lors d’une partie de jeu, vous aurez tendance à boucher le haut-parleur situé en bas à droite à côté du port USB-C comme il y a 10 ans… Dommage.

Quelques photos prises avec le Nokia 8 :

Conclusion :

Malgré quelques petits défauts, ce Nokia 8 constitue pour moi un excellent rapport qualité/prix. En effet, il propose des prestations digne d’un « haut de gamme » sans avoir la folie des grandeurs des modèles premium actuels (S8 à 800€, HTC U 11 à 700€ , etc.).

De plus, j’aime beaucoup l’approche un peu décalée qu’offre le constructeur Finlandais. Pas d’écran gigantesque mais tout de même d’une excellente qualité et d’une belle résolution. Un format et un poids contenu. Une version d’Android Oreo proche de ce qu’on peut retrouver sur un Google Pixel 2. Un vrai port Jack 3.5 qui permettra de brancher un casque filaire « à l’ancienne ».

Je regrette cependant que les bordures d’écran (en haut et en bas) soient si grandes à l’heure où même des constructeurs comme Wiko proposent des smartphones « borderless ». Aussi, dans la catégorie des regrets, notons que Nokia a jugé suffisant d’offrir à ce 8 la certification IP54. Le smartphone est donc « splash proof » (résistant aux éclaboussures) mais pas « water proof » (résistant aux immersions)…

 

Jordan Le Goïc

Geek Berruyer de 32 ans.