J’ai essayé d’essayer Comme J’aime

Quelque soit votre âge ou votre sexe, vous avez sans doute déjà subit une publicité pour « Comme J’aime ». Que ça soit à la télé ou à la radio, la société Comme J’aime nous matraque quasi quotidiennement. C’est ainsi qu’il y a quelques semaines j’ai décidé d’essayer Comme J’aime et de profiter de leur fameuse offre « la première semaine gratuite ».

D’abord intrigué par leurs publicités, j’ai commencé à comprendre le principe quand je me suis rendu sur leur site pour essayer d’en savoir plus. Mais difficile de trouver toutes les réponses à mes questions via leur site web puisque tout est fait pour qu’on les appelle ! Même les mentions légales de la publicité radio nous demande de leur téléphoner pour en savoir plus.

Malgré ma réticence à appeler un service quel qu’il soit (je privilégie toujours les emails ou tout autre système par écrit), je me suis résous à appeler le fameux numéro non surtaxé dont il est fait mention dans leurs publicités et sur leur site internet.

« Tout est fait pour qu’on les appelle ! »

Rapidement (quasiment aucune attente) mon appel est pris en charge par une télé-opératrice absolument SANS ACCENT et parlant un français impeccable. La qualité de la liaison téléphonique me fait penser que le centre d’appels est situé en France métropolitaine. La jeune femme se présente et me demande immédiatement mon prénom. Tout le long de l’appel, elle n’aura de cesse de m’appeler par mon prénom et jamais elle ne m’appellera « monsieur ». Un moyen de personnaliser l’appel et d’établir une relation de confiance.

Rapidement nous entrons dans le vif du sujet et l’hôtesse évite de répondre à mes premières questions « combien ça coûte ? » , « comment ça marche ? » , etc. Son script a l’air bien établi et il me sera difficile de la faire sortir de son scénario. Elle prend donc le contrôle de la conversation et c’est donc elle qui me pose des questions (la majorités seront fermées afin de ne pouvoir y répondre que par oui ou par non).

Sa première question est : quel est le but de vôtre appel ? Souhaitez vous perdre du poids ? Ma réponse sera oui. Elle me demandera ensuite combien de kilos je souhaites perdre, et quelle est ma motivation ? Pourquoi je souhaites perdre ces quelques kilos ? Une fois un prétexte bidon à lui donner elle enchaîne ensuite sur tout un tas de questions d’ordre quasi médical et continue de m’appeler par mon prénom.

Quelle taille faites-vous ? Vôtre âge ? Votre poids actuel ? Avez-vous des allergies ? Avez vous un traitement médical ? De la tension ? Du cholestérol, etc. Ensuite, une fois mon profil établi, elle me sort un argumentaire commercial bien rôdé dans lequel elle va m’expliquer tous les avantages à choisir Comme J’aime. En plus de perdre du poids, je n’aurais plus à faire les courses. Chaque semaine un colis me sera livré contenant tous mes repas. Des plats pré-cuisinés qui sont à la fois bons pour ma santé, ma ligne et bons aussi gustativement (en tous cas c’est ce qu’elle m’affirme).

« À de nombreuses reprises l’opératrice va insister sur le fait que je n’aurais plus à faire les courses »

À de nombreuses reprises l’opératrice va insister sur le fait que je n’aurais plus à faire les courses. En effet je lui ai dis que je vivais seul et sans enfant. Son discours étant sans doute prévu pour un « parisien » (en tous cas un urbain), elle va même me donner un argument du genre « plus besoin d’aller subir les bouchons pour aller faire vos courses, vous serez livré à domicile chaque semaine ». Ensuite, elle me fait tout un speech sur l’histoire du coach. En effet, le programme Comme J’aime prévoit les conseils d’un coach (sorte de nutritionniste officieux). Elle m’explique plusieurs fois qu’à la suite de ce premier appel, et avant de recevoir mon premier colis, une coach va m’appeler afin de fixer des objectifs en matière de perte de poids.

À chaque fois que quelque chose m’est expliqué, la personne va me demander si j’ai bien compris avec une formule du genre « Tout est ok pour vous Jordan ? ». Après une dizaine de minutes, une fois que tout a bien été expliqué (et vendu), notre interlocutrice passe aux choses sérieuses : LE COÛT. Elle va alors nous amener ça d’une manière détournée. « Comme J’aime vous propose des plats équilibrés et sains qui vous feront perdre du poids pour seulement 4€ par repas ». Puis, je la relance sur cette histoire de première semaine gratuite, et là elle m’explique enfin l’entourloupe :

« Et bien chez Comme J’aime nous proposons à nos clients de tester gratuitement nos plats la première semaine. C’est à dire que vous recevez votre premier colis, et si vous n’êtes pas satisfait, on arrête le programme et on vous rembourse. »

Ahah ! Je commence alors à y voir plus clair puisque juste après elle enchaine sur LE sujet sensible et elle verrouille sa vente par cette phrase : « Alors Jordan afin de pouvoir créer votre dossier et préparer l’envoi de votre premier colis je vais avoir besoin de valider avec vous le règlement du premier mois ». À moi donc de m’interroger « du premier mois ? C’est à dire ? ». « D’après votre profil, et avec le tarif exceptionnel de 4€ seulement par repas, le programme Comme J’aime vous coûtera 426€/mois. Et pour pouvoir valider ensemble votre dossier et ainsi vous envoyer le premier colis, j’aurais besoin de votre numéro de carte pour régler le premier mois soit 426€ ».

« Heu… Ok… Donc en fait, si je veux recevoir ma fameuse première semaine gratuite je dois payer 400 balles ? »

Heu… Ok… Donc en fait, si je veux recevoir ma fameuse première semaine gratuite je dois payer 400 balles ? Et ensuite, une fois reçu mon premier colis, si je souhaites arrêter, je devrais appeler la madame, lui expliquer que je veux arrêter et elle est sensée me rembourser l’intégralité du mois en cours… Vaste fumisterie !

Sans parler du fait que je n’imagine même pas la difficulté d’annuler son « abonnement » par téléphone avec des opératrices sur-entraînées qui feront tout pour m’en dissuader !

Je trouves alors une excuse bidon mais terriblement efficace : « je n’ai pas ma carte avec moi ». La dame me propose alors de me rappeler « quand serez vous arrivé chez vous et quand aurez vous votre carte bancaire à proximité ? » Et moi de lui répondre un peu hésitant : « Heuuuuu, je ne sais pas, essayez d’ici une heure ».

L’appel se termine donc ici. Mais bien évidement cette charmante personne va essayer de me rappeler ! Et pas qu’une fois ! Pendant au moins une semaine je vais recevoir des appels (certains même depuis un numéro en 06 donc peut-être son numéro perso?). Vu comment ils auront essayé de me joindre, je pense très sincèrement que les opératrices sont commissionnées sur le nombre de contrats signés. Car oui, une fois le paiement par CB effectué, vous recevrez un contrat à signer et vous devrez fournir votre RIB !

Le « programme » qui m’a été proposé ce jour là était sur 4 mois. Faisant 78kg pour 1m78 j’avais dis que je voulais perdre 8kg pour ainsi arriver à 70kg. Ce qui fait donc environ 1600€ pour perdre 8kg… Soit environ 200€ par kilo…si ça marche ! Je n’ose même pas imaginer le coût et la durée pour quelqu’un qui doit perdre 50kg ! Le pauvre gars va bouffer des plats pré-cuisinés pendant 10 ans ! lol !

Enfin bref, j’aurais essayé d’essayer Comme J’aime mais plus qu’un programme diététique, Comme J’aime est surtout une incroyable machine commerciale ! Rarement j’avais été au contact d’une vendeuse téléphonique si performante et si motivée.

« Ce qui fait donc environ 1600€ pour perdre 8kg… Soit environ 200€ par kilo… »

En conclusion je dirais que OUI, ça marche, ça peut marcher, car il ne faut manger que leurs plats. Donc pas de chips, pas de soda, pas de Nutella, etc. Mais a-t-on vraiment besoin d’eux pour adopter ce genre de comportement alimentaire ? Un peu de volonté et une hygiène de vie saine et cela revient au même. Sauf qu’on gardera pour soit les 400€/mois…

De plus, les plats Comme J’aime ne sont ni bio ni vegan et vu qu’ils sont envoyés par colis, on peut facilement en déduire le bilan carbone certainement très mauvais. Les quantités sont très faibles et c’est aussi grâce à ça que le programme vous fera perdre du poids.

Mais une chose est sûre, la promesse de la première semaine gratuite annoncée dans les publicités radio ou télé est franchement tirée par les cheveux. À la limite de la légalité. Je pense que la DGCCRF et les associations de consommateurs pourraient facilement embêter Comme J’aime et son discours trompeur.

Enfin, si vous n’avez qu’une « petite » carte bancaire. Du genre à demande l’autorisation systématique et à vous proposer de touts petits plafonds de paiement, dites adieu à Comme J’aime ! Car il faudra une carte et un solde capable d’encaisser les 400€ demandés par téléphone pour « valider » votre inscription au programme Comme J’aime… Sans parler des prélèvements mensuels qui feront bondir votre banquière ! 😉

Jordan Le Goïc

Fondateur Cmonavis

Vous aimerez aussi...