iZettle avis

En 2014, lorsque j’ai ouvert ma première boutique, j’ai commencé en acceptant uniquement les chèques et les espèces. Mais rapidement, j’ai compris qu’un commerçant se doit d’accepter la carte bancaire. C’est pourquoi j’ai été voir ma conseillère pro et celle-ci m’a vendu un contrat pour un TPE (terminal de paiement électronique). Un vrai TPE comme on en voit depuis des décennies. La marque était Ingenico et l’installation de celui-ci a été réalisée par un « professionnel ». Cette installation m’a été facturée (à prix d’or) ainsi que la « mise à disposition du matériel » à laquelle s’ajoutait un loyer mensuel. Sans oublier la commission prise par la banque à chaque transaction…

Bref, autant dire que proposer à ses clients l’encaissement par carte bancaire est un gouffre financier pour une petite entreprise ou pour un travailleur indépendant (artisan). Mais dieu merci nous sommes dans une époque où les banques traditionnelles ne peuvent plus effectuer leur racket en situation de monopole. Des alternatives existent et l’une d’entre elle s’appelle iZettle. Société suédoise comme Spotify ou Ikea, iZettle propose très simplement de mettre à disposition un TPE (qu’on achète une fois et qu’on ne loue pas) et de pouvoir encaisser ses clients par carte avec des frais fixes et transparents de 1,75% par transaction.

Au début, j’ai trouvé ça tellement « trop beau pour être vrai » que j’ai hésité. Mais finalement j’ai sauté le pas et j’ai ouvert mon compte en ligne en quelques clics avec l’achat de mon premier TPE (le modèle de base, filaire, ne permettant pas le sans contact). Celui-ci m’a – à l’époque – été facturé une vingtaine d’euros et nécessitait d’être raccordé par câble à un smartphone ou une tablette (iOS ou Android). Très rapidement je suis passé sur un modèle sans fil (bluetooth) qui acceptait les paiements sans contact. D’ailleurs petite précision là dessus, si votre TPE fait le sans contact il fait FORCÉMENT aussi Apple Pay, Google Pay, LyfPay, etc.

Alors c’est vrai que comparé à un TPE « classique » comme on en trouve dans les commerces « traditionnels », celui de chez iZettle peut être déconcertant. Surtout pour les clients. En effet, avec iZettle pas de ticket (la planète vous dit merci) mais un ticket virtuel par SMS (si le client accepte de vous communiquer son numéro de mobile!). De la même manière, certains clients suspicieux ont déjà été très réticents à composer leur code sur un petit boitier bizarre connecté à mon smartphone. Ils regardent sans doute trop les mauvaises séries américaines de TF1…

Mais les premiers encaissements par carte se sont dans l’ensemble très bien passé et j’ai même été amené à encaisser un énorme paiement de près de 700€ sans aucun problème. Tout comme une banque en ligne, iZettle fonctionne exclusivement en ligne. Vous pouvez donc suivre en temps réel l’état de votre compte et l’état de vos paiements. Chaque règlement que vous encaissez pas CB peut-être remboursé via une simple manipulation et la carte de votre client sera alors re-créditée. Ceci impose cependant à ce que la somme reste pendant quelques jours sur votre compte iZettle avant que la somme ne soit virée sur votre compte bancaire.

Oui car en fait iZettle fonctionne un peu comme PayPal (d’ailleurs ils ont été très récemment racheté par PayPal), en fait les sommes que vous encaissez sont cumulées sur votre compte en ligne iZettle et ensuite vous vous faites des virements sur le compte bancaire de votre choix (sans frais). Vous pouvez aussi paramétrer iZettle pour que ces virements soient automatiques et récurrents. C’est vraiment très bien fichu et l’interface en ligne est très simple. Même si l’informatique n’est pas votre ami je vous assure que vous pourrez paramétrer tout ça sans aucun soucis.

Il est désormais possible d’acheter une imprimante à ticket auprès d’iZettle pour rassurer les plus anciens de vos clients (« où est mon ticket?! ») et aussi iZettle propose un système d’édition de facture et même un logiciel d’encaissement pour transformer un iPad en caisse enregistreuse (avec une douchette à codes barres , etc.). Bref, l’offre iZettle est vraiment devenue très complète !

Pour ma part je continue d’utiliser mon TPE 5 ans plus tard. J’ai depuis 2014 remplacé celui-ci par le modèle le plus récent (en plus il est très beau et fourni avec un socle en aluminium qu’on peut fixer à son comptoir par exemple). J’ai dû encaisser quasiment un millier de transactions avec iZettle sans jamais avoir de problème. Parfois quelques bugs avec le TPE (qui reçoit très régulièrement des mises à jour) mais j’ai toujours résolu ces bugs par un simple redémarrage de l’appareil.

Avant de m’inscrire chez iZettle j’avais jeté un coup d’oeil à SumUp et d’autres concurrents (comme Orange) qui sont beaucoup plus chers (parfois à la limite de l’arnaque) et qui n’ont fait que copier les géniaux suédois. Un peu comme N26 en terme de néobanque, iZettle est pour moi LA référence. D’ailleurs ce n’est pas étonnant qu’ils aient été racheté par PayPal. Le seul inconvénient de la solution iZettle réside dans le fait qu’il est absoluement nécessaire d’avoir un smartphone ou un tablette, d’y avoir installé l’application iZettle et d’avoir une connexion internet (3G/4G suffisent). Je me suis parfois retrouvé « bête » car n’ayant plus de batterie dans mon iPhone, j’ai dû faire attendre mon client quelques minutes afin d’aller recharger mon téléphone pour pouvoir l’encaisser.

Jordan Le Goïc

Fondateur Cmonavis

Vous aimerez aussi...