2

J’ai testé le boîtier additionnel RaceChip

MAJ du 10/01/2019 : Après avoir parcouru près de 10.000km avec le boîtier RaceChip installé sous le capot de ma BMW 320d (e91 moteur M47) je suis toujours aussi entousiaste ! La puissance est réellement augmenté à certains régimes, la consommation est restée identique et aucun problème de fiabilité, de ralenti ou de fumée noire. Bref, que du bon ! 🙂

 

Si vous êtes un peu bidouilleur et féru de mécanique, vous avez sans doute déjà entendu parler des boîtiers additionnels qui permettent de gagner miraculeusement quelques chevaux.

Pendant longtemps je me suis demandé si ces fameux boîtiers existaient vraiment et si ils existaient, comment par miracle pouvaient-ils apporter des chevaux supplémentaires ?

Avant toute chose, il faut préciser que ce genre de boîtier n’existe que pour les moteurs Diesel. En effet, les moteurs à essence sont à priori déjà au maximum de leur rendement et ne peuvent pas être « libérés » avec seulement un petit boîtier électronique.

Tandis que les moteurs Diesel, avec leur turbo, peuvent facilement être augmentés en puissance sans la moindre modification d’ordre mécanique. Il suffit en effet de tronquer les informations parvenant à la rampe d’injection et le tour est joué !

De nombreux systèmes existent mais le principe est quasiment toujours le même. Un potentiomètre posé dans le système électrique en amont de la rampe d’injection permet donc de gagner quelques chevaux et quelques Newton mètres de couple.

Certains bricoleurs font ça eux même, et d’autres achètent des boîtiers « noname » sur eBay ou AliExpress. Mais des solutions plus « sûres » et plus sérieuses sont disponibles sur le marché. Notamment les boîtiers allemands RaceChip. C’est sur cette marque que mon choix s’est porté.

Leur site est très pro, très bien fichu et le modèle de ma voiture est identifié facilement. Une fois celui-ci sélectionné, le site me propose 3 solutions. La moins onéreuse, le modèle « S » promet une trentaine de chevaux supplémentaires pour environ 100€. Le boîtier « RS » propose quant à lui environ 40 chevaux pour un peu plus de 200 euros. Enfin, le boîtier « GTS » promet quasiment 50ch pour presque 400€.

Bien évidement, cela varie d’un véhicule à l’autre. Mais une chose est sûre, tous les diesel récents ont une belle marge de manœuvre. Pour ma part j’ai commandé le modèle le moins cher et seulement deux jours plus tard j’avais un avis de passage du facteur dans ma boîte aux lettres 🙂

La première (très) bonne surprise, hormis le délais d’expédition digne d’Amazon, c’est le colis et le packaging hyper soigné et proche de celui d’un MacBook 🙂

La notice fournie, en plus d’être dans un français impeccable, est d’excellente qualité et bourrée de photos explicatives. Le boîtier en lui même est très rassurant car fabriqué dans un plastique solide et haut de gamme. L’assemblage est d’excellente facture et les accessoires (câblage et colliers de serrage) sont bien emballés.

Le boîtier dispose donc d’un « potentiomètre » qui permet l’ajustage de la puissance délivré par celui-ci mais le réglage par défaut (position 3) est sensé convenir d’office à votre véhicule. Malgré tout la notice précise qu’il peut être réglé différemment si vous n’êtes pas satisfait du rendu une fois le boîtier installé.

L’installation du boîtier justement se fait très facilement grâce à la notice et aux outils fournis. Le câblage étant d’excellente qualité (ainsi que les connectiques), le tout est branché et fixé en quelques minutes.

Une fois le boîtier installé il suffit alors de mettre le contact afin que celui-ci soit alimenté et s’intègre donc dans le système électronique de la voiture. Au premier démarrage : aucun voyant ne s’allume, aucun problème à signaler, le ralenti est impeccable et tout tourne rond 🙂

Je laisse la voiture tourner au ralenti quelques minutes puis je pars faire un essai sur route. Bien sûr tout fonctionne comme avant, le moteur tourne rond et rien n’est anormal donc je commence à appuyer sur le champignon et là je constate un vrai gain de puissance. Auparavant la puissance arrivait vers 2000 tours (au déclenchement du turbo) et désormais, même entre 1000 et 2000 tours il y a du couple et des chevaux 🙂

Le gain est ressenti également au dessus de 2000 tours où j’ai vraiment l’impression que le déclenchement du turbo est encore plus vif qu’avant. Tout ça sans aucun problème. Pas de bruit suspect, pas de tremblements, pas de raté ou de toussotement du moteur. Bref, impeccable !

La société allemande promet, en plus du gain de puissance une économie de carburant. Pour l’instant je n’ai pas assez roulé pour me prononcer à ce sujet mais je reviendrai d’ici quelques semaines pour témoigner d’un éventuel effet sur la conso.

En attendant, je pense désormais pouvoir me targuer d’avoir quasiment 200ch dans une auto qui en faisait à la base 163 « seulement ». Le tout pour une centaine d’euros seulement et sans aucune difficulté technique. Un sans faute pour RaceShip dont je recommande vivement les produits.

2 commentaires

  1. Bonjour Jordan

    Début janvier tu as indiqué que dans quelques semaines tu reviendrais pour témoigner d’un éventuel effet sur la conso…

    Ca fait maintenant 2 mois tu as du te faire une idée…

    Alors ?? L’effet est là ou rien de perceptible ?

    Merci d’avance de partager ton expérience…

    • Salut ! 🙂
      Et bien comme je l’ai indiqué plus haut dans la « MAJ » la consommation n’a pas changé. Je roule comme avant (même peut-être un peu plus fort car chaque sortie de rond point est un kiff) et ma conso est strictement la même (à savoir 6.1l/100km d’après l’ordinateur de bord).
      Ce qui a changé cependant c’est qu’en sortie d’agglo (passage de 50 à 80/90/100) plus personne ne suit ! Je pense être au alentours de 190ch (pour 160 à la base) et la seule auto qui m’a vraiment déposé récemment c’est une Leon Cupra R 2018 (300ch)…