J’ai testé les salles de sport BASIC FIT

Il y a quelques mois j’avais posté un article pour exprimer mon ras le bol face à la « propagande » fitness & healthy que nous subissions sur les réseaux sociaux. En effet, pas une seule journée ne passait sans subir une photo, une vidéo ou un snap d’un(e) ami(e) en train de faire du vélo, du tapis ou du rameur. Tout aussi insupportable que les publications (sponsorisées ou non) liées aux boissons ou aliments « healthy ». Mixture à boire, infusions « détox », céréales et fruits sec, bref les fumeurs (fumeuses) et les buveurs (buveuses) pensaient se racheter une santé et nous faisaient partager leur joie…

Quelques mois ont passé et la mode est retombée. Ou tout du moins si les gens continuent à « prendre soin d’eux » ils ne nous le font plus savoir d’une manière aussi intense. C’est pourquoi, maintenant que le soufflé est retombé, j’ai souhaité m’immerger dans une de ces salles de sport dont tout le monde m’a parlé en 2017 : BASIC FIT.

Basée en Belgique, l’entreprise BASIC FIT a ouvert de nombreux « centres de remise en forme » un peu partout en France. Rien que dans ma ville (Bourges, 70.000 habitants), BASIC FIT a ouvert 2 salles. Le concept de ces centres de fitness est simple : un coût d’abonnement bas et des services au minimum. En effet, dans les salles BASIC FIT pas de coach, pas de conseiller pour vous indiquer quelle machine utiliser ou quel exercice faire. Juste une personne à l’accueil pour vérifier que tout le monde a bien sa carte et accueillir les nouveaux venus.

Accessibles à partir de 19,99€/mois pendant 12 mois (engagement minimum), les salles BASIC FIT proposent donc diverses machines toutes en libre service. Des zones sont délimitées (cardio, musculation, etc.) et une salle de cours collectifs est réservée à ceux qui ont choisi une option à 9,99€/mois (attention ces cours collectifs sont animés par un coach virtuel). De même pour la fontaine à eau réservée aux abonnés « Yanga ».

Dans un marché ultra concurrentiel BASIC FIT se démarque donc par un abonnement « low cost » qui implique quelques sacrifices. Idéal pour ceux qui veulent être tranquilles, un peu plus contraignant pour celles et ceux qui n’ont jamais mis les pieds dans une salle de sport et qui peuvent donc être effrayés par cette autonomie totale.

Mon Expérience :

Ayant déjà fréquenté une salle de musculation au début des années 2000, j’étais curieux de retrouver l’ambiance et les odeurs si particulières d’une salle de sport. J’ai effectué ma souscription en ligne, sur le site de BASIC FIT, grâce à un processus rapide et bien conçu qui permet de s’abonner en quelques minutes grâce à une carte bancaire et un RIB. Une carte bancaire est nécessaire car les deux premiers mois sont payables immédiatement. Enfin non, pas les deux premiers mois puisque l’un d’entre eux est offert. Mais 19,99€ de frais d’inscription sont facturés donc au final cela revient au même…

Je me rends donc pour la première fois dans cette salle BASIC FIT non loin de chez moi et je suis tout d’abord surpris par un portillon en panne (visiblement depuis plusieurs semaines) et l’entrée se fait donc par une sortie de secours maintenue ouverte pour l’occasion. Quelques mots imprimés sur une feuille A4 m’invitent à me présenter avec mon email de bienvenue et le QR code inclus dans celui-ci à l’accueil de la salle. Une jeune femme moyennement souriante m’accueille et m’invite à scanner mon QR code sur une borne en libre service afin de récupérer ma carte de membre.

Une fois ma carte de membre entre les mains la jeune femme m’explique donc que tout est en libre service et m’énumère les équipements obligatoires (chaussures propres, serviette, bouteille, etc.) et m’indique enfin que les appareils doivent être nettoyés par nos soins après leur utilisation. Des bornes avec du papier et du spray hygiène sont disponibles un peu partout dans la salle et permettent de nettoyer les appareils.

Je me dirige alors vers le vestiaire et je découvre un lieu propre, accueillant, avec des casiers en bon état. De même pour les douches à disposition ainsi que les toilettes. Bien évidemment les vestiaires, les douches et les toilettes sont séparés pour les femmes et les hommes. Comme précisé plus haut, pas de fontaine à eau ni eau potable fraîche à disposition. Je me suis alors retrouvé à remplir ma bouteille d’eau tiède au robinet des toilettes…

Ma tenue enfilée, mes chaussures (réservées à l’indoor) aux pieds, je me dirige donc vers la salle et plus précisément vers une machine elliptique. Une fois installé sur celle-ci, je cherche les informations pour la faire fonctionner car personne aux alentours pour m’indiquer son fonctionnement. Encore une fois, même si la salle est bien remplie, nous sommes seuls et en totale autonomie face aux machines. Un petit aller-retour à l’accueil et me voilà informé de la manière de mettre en route mon appareil « MATRIX ».

Un peu plus de 15 ans que je n’avais pas fait de « sport » en salle, et je dois dire que les choses ont bien changé. Désormais, tout le monde porte des écouteurs, certains ou certaines viennent en duo et parlent donc un peu mais l’immense majorité est enfermée dans sa musique ou son podcast. De la même manière, visiblement l’ultra majorité est là pour montrer à d’autres personnes qu’ils font du sport. En effet, il est très amusant (inquiétant?) de constater que lorsque quelqu’un s’installe sur une machine son premier réflexe est de saisir son smartphone pour se filmer en train de pédaler ou de courir…

Il est amusant aussi de constater que certains ou certaines ne peuvent pas s’empêcher d’économiser quelques pas et se garent donc sur le trottoir juste devant la porte d’entrée au lieu d’aller se garer proprement un peu plus loin sur le parking. Visiblement ces personnes n’ont pas compris que l’exercice physique qu’ils vont faire sur un rameur est semblable à celui qu’ils font en marchant jusqu’à leur voiture… De la même manière, il est assez incroyable (ridicule?) de voir certaines personnes sortir de la salle de sport et s’empresser d’allumer une cigarette après avoir fait une heure de vélo…

Concernant les machines, la plupart sont propres et en bon état, mais certaines sont affublées d’une feuille A4 pour prévenir de leur indisponibilité. Aussi, il est agréable de constater que l’ambiance est plutôt bonne même si très solitaire puisque personne ne dévisage les autres et tout le monde est plutôt respectueux du matériel et des autres usagers. Un écran installé au mur propose des informations sportives ou météo ainsi que quelques consignes. De la musique moderne et dynamique retentit dans la salle et l’ensemble est bien ventilé (et climatisé).

C’est Mon Avis :

Pour conclure je dirais que BASIC FIT propose des services minimes pour un prix minime (au vu des offres des concurrents) car ici pas de tarif promotion ou de petites lignes, c’est 19,99€/mois pendant un an « point barre ». Ceux qui désirent des services supplémentaires (cours collectifs virtuels, fontaine à eau, etc.) peuvent souscrire aux « extras ». Quant à ceux qui souhaitent être guidés, accompagnés, ils devront se tourner vers d’autres salles de sport plus « traditionnelles ».

Personnellement, j’aime être tranquille et autonome mais j’aurais apprécié tout de même un professionnel à disposition qui puisse donner des conseils pour éviter par exemple de se blesser ou nous conseiller si l’on souhaite plutôt muscler telle ou telle partie du corps. Une option « Pro Coach » met à disposition un coach virtuel sur votre smartphone pour 4,99€/mois mais là encore ça ne remplace pas un bon vieux monsieur muscle qui se promène dans la salle pour distiller de petits conseils.

La personne à l’accueil, bien que disponible, n’apporte pas grand chose et n’a pas l’allure d’une véritable sportive prête à vous raconter des anecdotes sur son dernier marathon de New-York. Les autres abonnés sont dans l’ensemble courtois et civiques même si la camaraderie n’est pas vraiment de mise. Finalement je comparerais BASIC FIT à une sorte de mise à disposition de machines plus qu’à une véritable salle de sport au sens propre.

À conseiller donc à ceux qui veulent du pas cher, du pratique (ouvert en semaine de 8h à 22h et 9h-16h le week-end) et être autonomes. À déconseiller à ceux qui attendent de se faire des amis, de recevoir des conseils ou qui souhaitent éviter les jeunes gens en train de se filmer à peine montés sur le vélo ou le tapis de course…

Jordan

Geek Berruyer de 31 ans.