Shazam, le Deadpool à la sauce DC Comics

Pourri par la critique et par la note spectateur d’Allociné, j’ai tout de même décidé de donner une chance à Shazam, l’anti-héro de chez DC Comics. Fan moi même de l’univers DC (au cinéma en tous cas), j’espérais y retrouver le petit goût bien sympathique des dernières productions Warner : Aquaman, Wonder Woman, Justice League, etc. Malheureusement Shazam n’a pas eu le même traitement que ses petits copains.

En effet, malgré un personnage drôle et attachant, il faut bien avouer que le film est très (trop) long et pas très drôle ni très intéressant. Les acteurs sont tous très moyens (sauf peut-être Zachary Levi qui incarne Shazam adulte) et le jeune homme qui incarne le personnage de Freddy. D’ailleurs ce personnage m’a beaucoup fait penser à Timmy dans Southpark (je ne sais pas si c’est bon signe)… Mais le reste du casting est vraiment bof. Soit trop caricatural soit trop fade (comme l’acteur qui incarne Shazam « jeune »).

Mais plus qu’un problème de casting, c’est plein de détails qui ont réussi, dès les premières minutes, à me sortir du film. Si les autres productions DC récentes étaient très réussies c’est – entre autre – parce qu’elles étaient très abouties, notamment visuellement. Là, avec Shazam, c’est une pléthore de petites choses que je n’arrive plus à accepter dans une grande production Hollywoodienne. Par exemple les tenues trop propres et parfois même mal repassées portées par les acteurs. Ou encore les sacs à dos faussement remplis de papier bulle. Ou bien les clichés de mise en scène digne d’un téléfilm de TF1.

Tout ça est très dommage car moi qui ne connaissais pas  du tout ce fameux Shazam, j’aurais pu tomber en amour comme cela m’est arrivé lorsque j’ai rencontré Deadpool au cinéma en 2016. Et il est très tentant de comparer les deux héros. En effet, même si les deux personnages n’appartiennent pas à la même franchise (Marvel vs. DC), il faut bien avouer que Shazam a des faux airs d’anti-héro comme son cousin de chez Marvel. Mais quand le personnage incarné par Ryan Reynolds sait être drôle et piquant (parfois dérangeant), son alter-égo de chez DC Comics est tout juste bon à faire quelques blagues d’ado en mode édulcoré.

Et si jamais vous arrivez à passer par dessus ces « petits défauts » (qui sont pour moi franchement rebutants), vous serez sans doute refroidi par l’ennui qu’on éprouve passé la première heure du film. Il aurait d’ailleurs peut-être fallu deux films plus courts et plus dynamiques qu’un seul long métrage un peu ennuyant. Car si l’histoire est assez banale, ce sont surtout les scènes quasi inutiles et dignes de High School Musical qui auront fini par me dégoûter de Shazam.

Alors malgré tout j’ai désormais de l’affection pour ce nouveau personnage car j’aime cette franchise et parce que le film est sauvé par quelques allusion aux autres héros de l’univers DC Comics. D’ailleurs, c’est l’une des seules choses vraiment réussies dans Shazam : cette manière d’intégrer l’histoire dans un monde où Batman et Superman existent déjà. Il est amusant par exemple de voir dans la chambre de Freddy tout un tas de reliques à l’effigie de la chauve souris ou de l’homme venu de Krypton.

Je ne parle pas des effets spéciaux car désormais même les séries à petit budget peuvent sortir des effets spéciaux impressionnants. Mais disons tout de même qu’ils sont plutôt réussi. Mais cela ne suffira pas pour sauver le soldat Shazam et c’est bien dommage. Espérons d’ici quelques années un éventuel reboot, comme ceux auxquels nous avons eu droit pour Spiderman par exemple.

Sur Allociné la note spectateur monte désormais à 3 étoiles (ainsi que la note presse), et je pense vraiment que c’est la juste valeur de ce film. Je ne donnerais pas plus car il y a vraiment trop de choses ratées mais pas moins car malgré tout on s’attache à cet anti-héro un peu maladroit et à un ou deux personnages secondaires.

 

Jordan Le Goïc

Geek Berruyer de 32 ans.

Vous aimerez aussi...